NewDetail

AICEP
Agência para o Investimento e Comércio Externo de Portugal

CABEÇALHO

Avec notre partenaire Assurup, la solution d'assurance des startups, découvrez l'actualité des levées de fonds.

L’assurtech Lovys annonce, ce matin, une levée de fonds de 17 millions d’euros en série A. Ce tour de table a été mené auprès de Heartcore, NewAlpha, Raise et de ses investisseurs historiques Maif Avenir et Portugal Ventures.

 

Grâce à cette levée de fonds, Lovys qui est déjà présent en France et au Portugal souhaite s’implanter dans deux nouveaux pays européens. « La France représente quasiment 100% de nos clients. Le Portugal nous permettre surtout de comprendre comment réussir à s’implanter dans un nouveau pays », explique à notre micro son fondateur Joao Cardoso.

 

Le marché très concurrentiel des néo assurances

Créé en 2017 par l’entrepreneur portugais Joao Cardoso, Lovys souhaite se faire une place dans le marché très concurrentiel des néo assurances qui compte des acteurs comme Luko ou Leocare.

 

Leocare annonce également avoir collecté 15 millions d’euros pour accélérer sa croissance. Ce financement a été bouclé auprès de Felix Capital, Ventech et Daphni, fonds lancé par Marie Ekeland désormais dirigé par Marc Simoncini. Luko revendique quant à lui d’avoir d’ores et déjà atteint fin 2020 les 100 000 clients. Un objectif prévu pour fin 2021 pour Lovys qui en compte aujourd’hui 20 000. « La crise du coronavirus a mis en avant l’importance d’avoir des solutions d’assurance dématérialisées et sur-mesure. Jusqu’au premier confinement, 60% de nos clients avaient moins de 35 ans. Aujourd’hui, la moitié de nos clients ont plus de 35 ans. Ce phénomène montre que le besoin d’un service digitalisé est un besoin général », met en avant Joao Cardoso.

 

Lovys souhaite se distinguer de ses concurrents en proposant aux utilisateurs de gérer grâce à une interface unique et digitale, la totalité de leurs assurances du quotidien telles que les assurance habitation, automobile, smartphone et chiens et chats.

Fin 2020, l’ensemble des néo assurances françaises ont lancé Insurtech France, le premier groupement destiné aux nouveaux acteurs de l’assurance. D’après Joao Cardoso, « cette association nous permet d’échanger à propos de nos défis communs et d’éventuellement trouver des solutions ». Un moyen également pour faciliter la représentation de ces nouvelles entreprises dans le paysage assurantiel français, mais également auprès de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution – ou ACPR –, soit le régulateur de l’assurance.

Partilhar