NewDetail

AICEP
Agência para o Investimento e Comércio Externo de Portugal

CABEÇALHO

Les investisseurs sont bel et bien de retour. Pour la première fois de l’année 2021, le cap symbolique des 100 millions d’euros levés a été franchi.

Selon nos calculs, les startups françaises de moins de 10 ans ont ainsi amassé 111,95 millions. Sur les 21 opérations éclectiques, 5 dépassent les 10 millions d’euros quand 7 sont inférieures à 2 millions. C’est ce qui explique l’écart relativement conséquent entre moyenne (6,2 millions d’euros) et médiane (2,5 millions). Comme bien souvent, les secteurs d’activité sont très divers – FinTech, MedTech, ou encore administratif et mobilité. Il convient de relever la répartition très équitable des tours de table sur le territoire hexagonal. Ainsi, 13 des 21 levées ont été réalisées en dehors d’Île-de-France. Plus intéressant encore : c’est le cas de 5 des 6 plus grosses opérations, en Auvergne-Rhône-Alpes, Bretagne et Hauts-de-France.

 

Indy arrive largement en tête de classement, avec sa série B à hauteur de 23 millions d’euros. Appuyée par Singular, Alven et Kerala, la startup lyonnaise (jusqu’ici connue sous le nom de Georges.tech) à l’origine d’un outil permettant d’automatiser les tâches liées à la comptabilité pour les petites entreprises et indépendant·e·s fait part de son intention de se « substituer aux cabinets d’experts-comptables » . Elle utilisera ainsi cette somme pour accélérer le déploiement de sa solution et se lancer à la conquête du marché américain. Indy, qui revendique 40 000 clients, prévoit « une centaine de recrutements » dans tous les domaines pour y parvenir.

 

Sur la deuxième marche du podium, Lovys a réuni 17 millions d’euros. L’AssurTech s’est ainsi octroyé le soutien financier de Heartcore, NewAlpha, Raise Ventures, Maif Avenir, Portugal Ventures et Bpifrance dans le cadre de cette série A. À l’origine de produits d’assurance « sur-mesure » visant à répondre aux besoins des nouvelles générations, elle entend utiliser cette somme pour « déployer son offre dans deux nouveaux pays européens, grâce à une équipe renforcée » . La startup francilienne, qui revendique 20 000 assurés, ambitionne de franchir le seuil des 100 000 « d’ici à la fin de l’année 2021 ». La néo-assurance souhaite, en parallèle, « étoffer son portfolio de produits ».

 

Juste derrière, Leocare a levé 15 millions d’euros dans le cadre de sa série A. D’origine rennaise, l’AssurTech a reçu l’appui de Felix Capital, Ventech et Daphni. L’augmentation de capital lui permettra de recruter, dans le but de « plus que doubler ses effectifs d’ici à la fin de l’année ». Une force de frappe qui vise à « multiplier le chiffre d’affaires par 7 en 2021 par rapport à 2020 ». Pour être plus attractive aux yeux des consommateurs, la startup va lancer de nouveaux services ces prochains mois pour permettre aux clients de suivre leur parcours de sinistres en temps réel et, lors de leurs déplacements en voiture, de recevoir des alertes en matière de sécurité routière. Pour rappel, la néo-assurance revendique quelque 20 000 assurés à date.

Partilhar